L’ Echo de la Presqu’île du 26 juin 2015

Franck Hamon au milieu de quelques-uns des créateurs et au côté d'une pompe à essence histoire de rappeler que le Garage était un vrai garage
Franck Hamon au milieu de quelques-uns des créateurs et au côté d’une pompe à essence histoire de rappeler que le Garage était un vrai garage

Le Garage, une vitrine pour les créateurs

 
Près du marché, l’ex-magasin Briconautes devient un espace de travail et d’exposition pour créateurs. Son nom, Le Garage, est un clin d’oeil au passé du site.

la vieille pompe à essence existe encore. Rue des Halles à Saint-Nazaire, l’ex-magasin Bri-conautes redevient Le Garage mais sans le cambouis. Bientôt, une dizaine d’artistes et artisans occupera les lieux pour créer, fabriquer, exposer, vendre.

Une friche

Le site fut le plu important garage de Saint-Nazaire, employant jusqu’à 65 salariés. Puis, dans les années 80, il se transforma en magasin de bricolage. D’abord sous l’enseigne Catena, ensuite Briconautes qui il y a 7 ans a baissé le rideau. Une coquille totalement vide à deux pas du marché, en plein centre-ville, 560 m2 de friche qui n’a pu échappé à l’oeil de Franck Hamon. Le Nazairien travaille dans la chimie et à ses heures perdues, investit, rénove, remet sur le marché des appartements et des locaux. Il se passionne aussi pour les voitures et a bien connu la famille Pineau, garagiste pendant quatre générations et propriétaire des murs.

Racheté il y a un an

« Voir cet espace abandonné ça me rendait malade. J’ai fini par l’acheter il y a un an avec au départ l’idée d’en faire un club de voitures anciennes. Puis, au fil des rencontres, je me suis dit que ce lieu devait s’ouvrir aux habitants et participer à la redynamisation du centre-ville. Pourquoi ne pas en faire un espace d’artistes et d’artisans », confie Franck Hamon qui souhaite toutefois rappeler le passé du site en consacrant l’une des deux mezzanines à l’histoire du garage avec photos, objets d’époque, confiés par les anciens propriétaires.

Des box, des expos

De petits box que l’on devine à géométrie variable, une ambiance hangar avec une très belle charpente métal et une toiture en verrière entièrement refaite, un espace central pour les expos, le Garage est une sorte de village d’entreprises pour créateurs en mal de local et de visibilité. « Ici, ils vont pouvoir tenter leur activité sans risque, avec une grande souplesse, des baux simples, des loyers modiques. J’ai voulu alléger les contraintes pour leur permettre de se concentrer sur leur création et qu’il y ait entre eux une synergie ».

Une dizaine de créateurs

Au départ, le Fab (spécialisé dans l’impression 3D) devait occuper les trois quarts de l’espace. Mais la petite entreprise a été liquidée. Franck Hamon n’a pas tardé à trouver preneurs. Ils sont une dizaine à s’installer cet été dans leur box. Photographe, graphiste, webdesigner, créateur de bijoux, textile, artisans du cuir, modiste, chorégraphe…, ils sont pour la plupart de la région nazairienne.

« J’en rêvais »

C’est le cas de l’agence « Inventive, compositeur d’événements ». Tout juste créée par Jérémy Gabard, Jacques Bertrand et Mireille Thibault. Elle débutera son activité au Garage. « Je rêvais d’une structure depuis que je suis arrivé à Saint-Nazaire, c’est très enthousiasmant », sourit Jérémy Gabard, co-fondateur d’IF. Laetitia Cordier, graphiste, chorégraphe et directrice artistique, a croisé la route de Franck Hamon via Saint-Nazaire Tou’tendanse, ces chrégraphies dansées quelques samedis dans les vitrines des boutiques vides. Franck Hamon en avait deux : la grande bâtisse vitrée rue de la Paix (Cap emploi s’y est installé depuis) et l’ex-Briconautes. « L’idée de cette plateforme de rencontres entre des artistes et des habitants m’intéressait beaucoup », confie la graphiste qui contribue déjà à l’agencement du lieu et qui emménagera bientôt au Garage.

300 000 € investis

Franck Hamon a injecté 300 000 € dans cette aventure. « C’est un investissement plaisir. Une manière aussi de montrer que le capital, ça sert aussi à de beaux projets. Ce n’est pas seulement un monde de requins ».

Cathy Ryo (L’ Echo de la Presqu’île 26 juin 2015)

Laisser un commentaire